les agents d'une des société de gardienage dite PSG (protection surveillance et gardienage) se plaignent disant qu'apart le salaire minime qu'ils touchent à la fin du mois s'ajoute un autre grand problème lié aux cotisationque leur employeur devrait payer à l'INSS mais avec beaucoup des irreguralités.


C'était en date du 2/3/2017 un agent de la société PSG( Protection Surveillance et Gardienage) qui a requis de l'anonymat était de passage vers kanyosha où il vaque ses activités quotidiennes de garde, quand il passait tout près du siège PSG, il a vu un grand nombre d'hommes et s'est dirigé vers eux pour s'enquerir    de la situation. Tout le monde avait le visage sombre comme il a signale à notre équipe de redaction. Ces agents disaient qu'ils étaient là pour attendre leur salaire touché habituellement à la microfinance solecs coopers afin que cette dernière les distribue à ces petits employés de la Psg. les agents de cette société demandent aux responsable de  changer toutes les mesures qui ne favorisent pas les employeurs.


Une décision de distribuer  les salaires mains à mains aux agents est déjà prise

cette décision est saluée par ces dernièrs parcqu'ils avaient peur qu'une fois versé leurs salaires aux comptes de solecs coopers, des fuites  ne pouraient pas manquer comme la microfinance est en faillite terrible  aujourd'hui. À cote du problèmelié aux salaires s'ajoutent un autre  problème qu'ils jugent  “majeur ”  celui en rapport avec  l'INSS. Beaucoup d'entre eux disent qu'ils ne sont pas reconnus à l'INSS. C'est au moment où certains  disent que leur employeur commence à cotiser pour eux au moins après 3ans  de travail et avec des irreguralités. Un autre nous a révévlé qu'il travaille  pour cette société pendant 8 ans mais que son nom est introuvable dans les machines de l'INSS. Les rétraités de cette même  sociéte disent  qu'ils ont quitté la psg sans que leur employeur ait cotisé pour eux même un moins. ils demandent aux autorités de la psg de résoudre ce problème et arrêter toute affaires froduleux pour ses  employés.