Cinq représentants des étudiants trois de l’université du Burundi (UB) et deux de l’école normale supérieure (ENS) sont au service nationale de renseignement, accusées par les par les autorités  universitaire de la préparation des mouvements insurrectionnels.

 Selon des informations recueillies par notre équipe de rédaction du journal l’avenir du Burundi auprès du parquet. Ces représentants des étudiants  ont été arrêtés ce matin par la police au parquet de la république près du tribunal de grande instance de mukaza en mairie de Bujumbura. Selon des sources digne de fois les étudiants ont été emmenés dans les bureaux des renseignements burundais les autorités de l’université du Burundi accusent ces derniers de préparer des mouvements d’insurrections. Hier ils ont été convoqués par un officier du ministère public ils devraient se présenter à son bureau de Mukaza pour «  raison  d’instruction.»

 

Ils demandent de relâcher leurs condisciples et de ne pas les torturer

 

Selon nos sources concordantes, cet officier les a réçus et a consultés leurs convocations leur aurait dit qu’il n’avait pas de temps pour les auditionner et serait sorti. Juste après  des policiers  armés ont procédé à l’arrestation des cinq représentants des étudiants.  Des étudiants présents au moment de l’arrestation affirment que les policiers ont saisi leurs téléphones quatre téléphones auraient été ainsi confisqués sans aucune justification et ils demandent aux autorités de l’université du Burundi  d’autres qui le peuvent de suivre de près la sécurité de leurs représentants.